post

On ne va pas se mentir, le running est un sport relativement monotone, l’objectif étant de courir d’un point A à un point B, quel que soit son rythme, sa tenue ou la météo. Et lorsque l’on se prépare pour un marathon, un trail ou un ultra-trail, il est indispensable de passer par la case sortie longue running, qui fait partie de l’incontournable de l’entraînement. En plus de préparer le corps, elle va mettre la force mentale en condition. Et plus on avance dans l’entraînement, plus les sorties running se font longues, voire très longues. Alors, comment ne pas s’ennuyer durant ces sorties et continuer à prendre du plaisir en courant sur des distances aussi longues ? On vous donne quelques pistes dans cet article.

Qu’est-ce qu’on appelle “sortie longue” en running et quels sont ses intérêts ?

Tout d’abord, il est intéressant de savoir de quoi on parle lorsque l’on mentionne une « sortie longue running ». Si pour les coureurs de la catégorie élite une sortie longue peut facilement dépasser les 3 heures de courses, une séance qui dure plus de 1 h est qualifiée de longue. Lorsque l’on se lance dans ce genre de sorties, les intérêts sont multiples :

  • La grande partie de la sortie étant courue en endurance, ce genre d’entraînement permet d’utiliser les lipides, autrement dit la graisse.
  • De par la durée de l’effort, la fatigue ressentie par le coureur ne sera plus seulement physique, mais aussi mentale et les sorties longues vont en ce sens permettre de se forger un mental à toute épreuve et faire reculer son seuil d’acceptation de la fatigue.
  • Les sorties longues de running vont habituer le corps au choc des impacts lorsque le pied foule le sol.
  • Ces séances sont aussi utiles pour tester et essayer le nouveau matériel de course (tenue, chaussures, sac, etc.).
  • Enfin, les entraînements longs vont permettre de mémoriser l’allure parfaite à adopter lors de la course afin d’améliorer son rendement personnel.

Comment prendre du plaisir pendant de longues sorties running ?

Pour parvenir à ne pas tomber dans la monotonie, ne pas s’ennuyer et profiter pleinement lorsque l’on se fixe un objectif de course de 1 h 30, 2 heures, voire même 3 heures, il y a de nombreuses astuces, et en voici donc quelques-unes :

Courir avec des écouteurs

Focaliser son attention sur le moment présent en écoutant une bonne playlist que vous allez actualiser de manière régulière va vous permettre de ne pas penser aux kilomètres et au temps qu’ils vous restent à accomplir et ainsi ne pas vous décourager. Cela peut aussi vous faire oublier l’effet de jambes lourdes, de genoux rouillés et la fatigue. Selon le Dr Karageorghis, expert de l’Université de Brunel à Londres et spécialiste de la psychologie du sport, la musique permet d’améliorer jusqu’à 15 % le rendement et l’endurance. Il a d’ailleurs mis en place une compilation des 20 meilleures chansons de tous les temps qui motivent. Elle comporte entre autres des titres de Queen, Eminem, Les Jackson 5, Beyoncé, Survivor, etc.

Pour ceux qui se lassent vite de la musique et qui veulent allier activité sportive et culture, il y a l’option des podcasts. Téléchargez une émission de télévision ou de radio qui aborde des thèmes qui vous intéressent et vous ne verrez plus les kilomètres défiler, car votre attention sera focalisée sur la personne qui vous parle de musique, de cinéma, d’art ou d’histoire. Par contre, attention tout de même à ne pas devenir accro aux écouteurs et d’atteindre le point où envisager une séance de course sans musique vous démotive totalement. Il ne faut pas oublier que le running est basé sur le plaisir de courir, de se dépasser et d’atteindre ses objectifs.

Autre mise en garde, écouter de la musique ou tout autre enregistrement audio vous empêchera d’être totalement conscient de ce qui vous entoure et peut rapidement vous mettre dans une situation de danger.

Varier les parcours

Il est vrai que lorsque l’on débute dans le monde incroyable (et quelque peu à part) du running, il est rassurant de passer par les mêmes sentiers et faire les mêmes parcours pour gagner en assurance et privilégier la sécurité. Mais une fois atteint un certain niveau, il est important de varier ! Oui, le monde est grand et il y a beaucoup d’endroit et de parcours à découvrir, même tout prêt de chez soi. Et l’un des gros avantages d’une activité en plein air comme le running, c’est justement la possibilité infinie des parcours et des terrains, ainsi que la possibilité de profiter des paysages et de l’environnement tout en pratiquant et s’entraînant. Les nouveaux parcours permettent évidemment de rompre avec la monotonie, mais aussi d’éviter les blessures.

Varier les allures

Même si chaque coureur a sa propre allure pendant l’entraînement, il est important, voire indispensable, de sortir de la routine en changeant son allure de course. Lors d’une séance longue, il est alors intéressant de diviser l’entraînement en différents temps qui correspondront à différentes allures : alterner entre rapidité et allure plus lente avec des temps de récupération.

Courir accompagné(e)

Courir en compagnie d’une ou plusieurs autres personnes transforme vite la séance monotone et lente en rendez-vous social et en activité plus agréable. Avec quelqu’un, le temps et les kilomètres auront tendance à passer plus vite et surtout, vous serez moins tenté de vous arrêter.

Le négatif de courir accompagner est que cela implique de courir au même rythme que l’autre. Alors, si l’accompagnant a un niveau inférieur, il va vous ralentir et vous ne vous entraînerez pas comme vous le devriez, car vous n’allez pas utiliser votre potentiel au maximum. À l’inverse, si l’accompagnant a un rythme plus rapide, il va vous fatiguer plus vite et la course va se transformer en véritable cauchemar.

Faire le point

Lorsque l’on court pendant 2 ou 3 heures, on a le temps de réfléchir et c’est l’occasion parfaite pour faire le point sur sa vie professionnelle et personnelle, et c’est aussi le moment pour envisager de nouveaux projets.